CFE - CGC

Retour à l'accueil

> Actualité > Emploi : Marché du travail : les embauches en CDD progressent avec des con...

25/07/2018 • Emploi

Marché du travail : les embauches en CDD progressent avec des contrats de plus en plus courts

La part des embauches en contrat à durée déterminée (CDD) a nettement progressé depuis 25 ans avec un recours toujours plus accru aux contrats très courts, selon une étude du ministère du travail.


Comment évoluent les embauches et les ruptures depuis 25 ans ? C’est tout l’objet d’une étude instructive publiée par la Dares, le service statistique du ministère du Travail. Laquelle nous apprend, pour commencer, que les salariés travaillant aujourd’hui en contrat à durée indéterminée (CDI) demeurent très largement majoritaires (88 % en 2017, hors intérim), contre 12 % travaillant en contrat à durée déterminée.

En analysant plus finement les flux d’embauches en CDD et CDI, on constate que la part des CDD a nettement progressé en vingt-cinq ans, notamment à partir des années 2000, passant de 76 % en 1993 à 87 % en 2017. Dans les entreprises de plus de 50 salariés, le taux d’entrée en CDD (rapport entre les embauches en CDD et les effectifs de l’établissement) a même été multiplié par plus de quatre depuis 1993.

  • Des secteurs très consommateurs de CDD

Cette évolution structurelle dans les mouvements de main-d’œuvre s’accompagne d’une forte progression des contrats dits de très courte durée : en 2017, 40 % des salariés en CDD ont un contrat de moins d’un mois et un tiers des CDD ne dure qu’une journée, souligne l’étude. Ce phénomène est particulièrement marqué dans certains secteurs d’activité comme l’hébergement médicosocial, l’audiovisuel ou l’hôtellerie-restauration. C’est moins le cas dans l’industrie et la construction, « où l’emploi temporaire passe avant tout par l’intérim », expliquent les auteurs de l’étude.

Entre 2001 et 2017, la durée moyenne d’un CDD a quasiment été divisée par trois, passant de 112 à 46 jours. Les contrats de moins d’un mois, qui représentaient 57 % des CDD en 1998, sont désormais ultra majoritaires (83 % en 2017). Globalement, ce sont d’ailleurs « souvent les mêmes personnes qui enchaînent les contrats très courts », relève l’étude, avec un cumul de de 3,5 contrats de moins d’un mois en moyenne par trimestre.

  • Les ruptures conventionnelles gagnent du terrain

Interrogés, en 2016, sur les principales raisons les motivant à recruter en CDD plutôt qu’en CDI, les employeurs, outre « les besoins limités dans le temps directement liés à la législation sur le CDD », mettent en avant « l’incertitude vis-à-vis de l’environnement économique » et « le besoin de tester les compétences du salarié avant un recrutement plus durable ». Autre argument souvent invoqué : le poids de la réglementation associée au CDI.

Au sujet des ruptures de contrat, les démissions restent, en 2017, le motif de rupture anticipée de contrat le plus fréquent (40 %). Suivent les fins de périodes d’essai (20 %) et les licenciements pour motif personnel (principalement pour faute et dans une moindre mesure, ceux pour incapacité), également à 20 %. Les ruptures conventionnelles, mises en place en 2008, gagnent progressivement du terrain et représentent désormais environ 10 % des ruptures anticipées de contrat, au même titre que les licenciements économiques et les départs à la retraite (10 % à eux deux).

Mathieu Bahuet 

Comment se connecterInscription

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. J'accepte En savoir plus

Informations sur les cookies

En utilisant le site cfecgc.org, vous consentez à l'utilisation des cookies.

Pour tout savoir sur les cookies, vos traces, vos droits, cliquez ici :

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/

La CNIL définit le cookie comme une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Certains cookies nécessitent un consentement préalable. En savoir plus :

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/

Les menus d’options internet de votre navigateur doivent vous permettre de désactiver facilement les cookies. Les conseils de la CNIL pour bloquer les cookies:

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/conseils-aux-internautes/

Nous utilisons des cookies pour permettre le partage de nos contenus, pour réaliser des mesures d’audience qualitatives et quantitatives et pour améliorer les services du site. Les cookies permettent le bon fonctionnement de nombreuses fonctionnalités sur le site, et améliorent l'expérience de navigation sur le site.