CFE - CGC

Retour à l'accueil

> Actualité > Protection sociale : Réforme des retraites : où en est-on ?

04/02/2019 • Protection sociale

Réforme des retraites : où en est-on ?

Âge de départ, régime universel par points, pensions de réversion… Alors que la concertation sur la réforme voulue par le gouvernement a repris entre les partenaires sociaux et le haut-commissaire, Jean-Paul Delevoye, point d’étape sur les principales thématiques. 


  • UN SYSTÈME UNIVERSEL PAR RÉPARTITION

Il s’agit, à partir de 2025, de passer des 42 régimes de retraites existants à un système universel de retraite par répartition qui concernera tous les actifs : salariés du privé, fonctionnaires, indépendants. Ce système par points sera financé par les cotisations des travailleurs du privé et du public jusqu’à 3 plafonds de la Sécurité sociale (environ 10 000 euros bruts de revenus mensuels). Le taux de cotisation - incluant la part salariale et la part patronale - a été fixé à 28 %, un niveau sensiblement équivalent à celui actuellement en vigueur pour les salariés du privé.

  • L’ÂGE DE DÉPART RESTE FIXÉ À 62 ANS 

Le principe du maintien à 62 ans de l’âge légal à partir duquel on pourra liquider ses droits est acté. Il reste à déterminer certaines modalités, en particulier la prise en compte des carrières longues, de la pénibilité, des catégories actives et du handicap.

A noter : parmi diverses options mises sur la table, Jean-Paul Delevoye a proposé que les futurs retraités qui reculeraient leur départ à la retraite après 62 ans pourraient bénéficier d'un coefficient majorant sur leur pension, de 3 % à 5 % par année de travail supplémentaire.

  • QUEL AVENIR POUR LES PENSIONS DE RÉVERSION ?

Celles-ci ne seront pas supprimées et devraient garantir le niveau de vie des veuves et veufs après le décès du conjoint. « Pour la CFE-CGC, elle doit s’appliquer sans conditions de ressources, explique Serge Lavagna, secrétaire national CFE-CGC en charge de la protection sociale. La pension de réversion versée au conjoint survivant doit lui permette de maintenir le niveau de vie qu’avait le couple sans être, par exemple, obligé de déménager car elle ou il ne pourrait plus assumer les charges ».

  • QUID DU NIVEAU DES PENSIONS ?

Difficile, à ce stade, de spéculer mais la vigilance est de mise, comme le résume Serge Lavagna : « Même si le gouvernement se défend de vouloir réaliser des économies, force est de constater que l’annonce, pour 2019 et 2020, de la désindexation des pensions par rapport au coût de la vie, est un mauvais signal envoyé ! Globalement, on voit bien que c’est sur les pensions de retraites que s’exercent les plus fortes pressions budgétaires. »
 

  • GOUVERNANCE, TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS, RÉSERVES DE l’AGIRC-ARRCO : DE NOMBREUX SUJETS ENCORE EN SUSPENS

Outre la question du régime de cotisation adapté pour les travailleurs indépendants, se pose celle cruciale de la gouvernance et du pilotage du futur régime universel. « Le risque d’étatisation est grand : les partenaires sociaux ne doivent pas être relégués au simple rang de faire-valoir », rappelle Serge Lavagna. Autre enjeu majeur : le sort des réserves accumulées par certains régimes, en particulier l’Agirc-Arrco (retraite complémentaire), soit plusieurs dizaines de milliards d’euros qui sont le fruit des cotisations des salariés.

Mathieu Bahuet

A lire aussi : 
- Serge Lavagna (CFE-CGC) : "La réforme des retraites ne doit pas remettre en cause le niveau de protection des retraités" 
Retraite complémentaire : que change la fusion de l'Agirc et de l'Arrco ? 

Comment se connecterInscription

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. J'accepte En savoir plus

Informations sur les cookies

En utilisant le site cfecgc.org, vous consentez à l'utilisation des cookies.

Pour tout savoir sur les cookies, vos traces, vos droits, cliquez ici :

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/

La CNIL définit le cookie comme une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez. Certains cookies nécessitent un consentement préalable. En savoir plus :

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/

Les menus d’options internet de votre navigateur doivent vous permettre de désactiver facilement les cookies. Les conseils de la CNIL pour bloquer les cookies:

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/conseils-aux-internautes/

Nous utilisons des cookies pour permettre le partage de nos contenus, pour réaliser des mesures d’audience qualitatives et quantitatives et pour améliorer les services du site. Les cookies permettent le bon fonctionnement de nombreuses fonctionnalités sur le site, et améliorent l'expérience de navigation sur le site.